Vous êtes ici : Accueil > Le coin des sorties scolaires > Le séjour à Brocéliande : 2006 > Le séjour à Brocéliande
Publié : 14 mai 2006

Le séjour à Brocéliande

Voyage en pays de Brocéliande - Mai 2006

Les 11 et 12 mai 2006, les 5èmes B et C sont partis pour la Bretagne, accompagnés de leurs professeurs : Mmes Jomat, Frontera et Simon, de Mme Eudier et d’une parent d’élève, Mme Bertin. Le but de ce voyage était de découvrir la forêt mythique de Brocéliande, laquelle est associée à la légende arthurienne. Elle aurait donc été parcourue par les chevaliers de la Table Ronde, par l’enchanteur Merlin et les fées Viviane ou Morgane ... Il s’agissait ainsi de laisser libre cours à son imagination pour, peut-être, apercevoir quelques elfes ou korrigans près de la fontaine de Barenton.

Le jeudi 11 mai, les deux classes étaient donc réunies pour un voyage de 4 heures vers le village de Tréhorenteuc. A l’arrivée, un pique-nique fut organisé sous la halle du village puis notre guide, Florence, nous entraîna vers le château de Comper dans lequel nous avons pu voir une superbe exposition intitulée La Fée et Le Chevalier : munis d’un questionnaire, les élèves ont consulté les divers panneaux et mises en scène pour découvrir la vie de Merlin l’enchanteur ou celle du roi Arthur. Les organisateurs tenaient à démontrer que les légendes arthuriennes sont très liées aux croyances celtes et que l’image de Merlin, par exemple, peut être comparée à celle du druide gaulois.

Ensuite, installés sur la rive du lac qui borde le château, nous avons pu écouter les légendes racontées par notre guide-conteuse, celle de la fée Viviane surtout, dont le château de cristal serait toujours là, invisible, au-dessus des eaux du lac ...

L’après-midi s’est poursuivie en forêt, jusqu’au tombeau de Merlin, un peu déconcertant malgré tout : quelques pierres levées autour d’un houx mort au centre desquelles sont entassés divers objets, papiers pliés, feuilles et branches : une décharge sauvage ? Non mais un lieu de culte où les visiteurs laissent leurs offrandes à l’Enchanteur après avoir fait un vœu.

Enfin, cette journée déjà bien chargée s’est poursuivie au domaine de Trémelin où nous devions passer la nuit. Ambiance "vacances" garantie ! Les gîtes étaient disposés dans une belle pinède, au bord d’un lac (la région en regorge) rempli de tétards : certains élèves s’en sont même approchés d’un peu trop près, leurs chaussures s’en souviennent !

Après un dîner copieux (avec des frites !!!), tous ont rempli une grille de mots croisés dont les définitions correspondaient aux personnages évoqués dans les récits de Florence ainsi qu’aux panneaux de l’exposition de Comper. Les cruciverbistes les plus rapides ont pu gagner le "Trésor de Brocéliande" au goût sucré ...

La nuit passa et les professeurs purent entendre quelques rires et chuchotements dans les chambres mais les élèves semblaient très en forme dès le lendemain matin.
Après un solide petit-déjeuner, les gîtes furent abandonnés à regret (les enfants auraient semble-t-il apprécié d’y séjourner plus longtemps) et nous retrouvâmes Florence pour, cette fois-ci, une escapade du côté de la fontaine de Barenton. Dans ce coin-ci de la forêt, nous étions prévenus : les korrigans, lutins à bonnet rouge, rôdent et peuvent jouer des tours à ceux qui ne respectent pas les arbres. Ils peuvent tout au contraire aider tous ceux qui leur paraissent sympathiques : pour les devoirs, le rangement des chambres etc.

Nous avons marché jusqu’à la source de Barenton, elle aussi lieu de culte païen et notre conteuse nous y narra l’histoire d’Yvain, le Chevalier au Lion.

Au retour vers Tréhorenteuc, après le pique-nique sous un soleil radieux, nous prîmes la route du Val sans Retour, "fief" de la fée Morgane qui y enfermait les amants infidèles.

Là nous attendait une oeuvre d’art : L’Arbre d’Or, dont les branches torturées par l’incendie de 1990 ont été magnifiées par quelques centaines de feuilles dorées. Mais aussi le Miroir aux Fées, créatures assez sanguinaires d’ailleurs, qui se seraient entre-tuées il y a bien longtemps.

Mais arrive le meilleur, cette belle randonnée dans le Val traversé par des ruisseaux, rafraîchi par de jolies cascades, couronné d’ajoncs en fleurs. Nous avons gaiement crapahuté jusqu’au sommet d’une colline rocheuse où Florence a raconté les dernières légendes liées à Merlin.

Revenus au village quelque peu fatigués, nous eûmes tout juste le temps d’admirer les vitraux et mosaïques de l’église surnommée "Chapelle du Graal" puis ce fut le retour vers le collège où nous attendaient les parents.

Nous conclurons ce récit par quelques témoignages d’élèves auxquels nous avons demandé ce qu’ils avaient préféré pendant ces deux jours intenses.

Texte écrit par Mme Simon

Voici donc le Top 4 des élèves de 5°C :

- Les gîtes du domaine de Trémelin : "très sympa à cause des gîtes individuels" (Théo) - "quand on m’a confié la clé du gîte, je me suis senti responsable et aussi quand on a commencé à ranger nos affaires comme dans notre vrai "chez nous" (Jordan)- "chaque groupe avait SON gîte" (Hugo)

- La marche dans le Val Sans Retour : "le moment que j’ai préféré est la randonnée : d’habitude, je n’aime pas marcher mais c’était bien " dit Déborah. Même chose pour Héline "malgré sa peur" : "nous marchions à travers la forêt , entre des branches et des racines , nous avons vu une cascade, puis des ruisseaux ... Après nous avons escaladé des rochers et on montait en zigzaguant. Tout en haut, on avait une belle vue."Mais aussi Thibault : "Avec les copains, on s’amusait à sauter par-dessus le ruisseau, juste avant que je tombe dans l’eau en essayant de marcher sur un tronc d’arbre." (!)

- L’arbre d’or : "Il était entouré de pieux de schiste rouge "(Thibault), il était joli, il brillait mais de l’or avait été gratté (Tiphanie)
"l’arbre d’or et les pics tout autour qui le protégeaient et la grande chute d’eau à côté en forme de lune" (Jordan)

- Les bêtises dans les gîtes : no comment

Mais aussi, les bonbons dévorés par les gagnants des mots croisés, les contes, le château de Comper et son lac, tous les paysages, même la boue sur le chemin ("horrible mais drôle" dit Sarah).